Teatermaskinen (Riddarhyttan, Suède)

Teatermaskinen est une plate-forme artistique et éducative qui existe depuis 1998. Nous sommes à la fois une entreprise de production et de tourisme culturel travaillant sur des projets et des processus thématiques. Nous somme situés dans une forêt, au bord d’un lac, à l’extérieur du village de Riddarhyttan, dans la zone rurale de l’ancien district minier de Bergslagen.

Ici, nous avons construit un lieu qui sert d’espace de travail international pour les arts et la culture et qui accueille également l’École de la Machine
(Maskinen).
Dans l’école de la Machine, avec Ålsta folkhögskola et en collaboration avec ABF Västra Västmanland, nous travaillons avec des artistes émergents au niveau national et avec des groupes socialement défavorisés localement et régionalement.
Ce travail est guidé et développé avec l’aide de professeurs de deux universités suédoises.
Teatermaskinen a pour le moment 20 membres. Nous avons un équivalent de 6 temps pleins partagés sur 10 personnes. Actuellement, nous avons 14 étudiants en cours à moyen et long terme.
 De plus, nous formons environ 20 personnes par saison dans des cours à petite échelle et des cercles d’étude. 
_____ La « réserve » de la culture 

La réserve de la culture est un concept qui fonctionne comme une sorte bouclier face à la domination des puissances commerciales.
Teatermaskinen est l’organisation commune qui fait cette expérience.

 
La réserve est donc située autour du théâtre, à Riddarhyttan, dans la municipalité de Skinnskatteberg, à Bergslagen, dans le comté de Västmanland, dans les pays nordiques, en Europe, dans le dernier avant-poste de la ceinture de la Taïga du Nord.
Nous sommes sur la « Terre Rouge », celle qui a connecté les cultures pour des milliers d’années.
Dans différents endroits, où les cultures indigènes ont été menacées, des réserves ont été créées, de sorte que la mémoire de la culture non dominante a pu rester.
En Suède, il n’y a pas d’autre réserve comme celle-ci, mais dans le monde entier, il y a des municipalités et des régions qui ont créé des réserves.
La Réserve existe comme un organisme vivant qui mute et grandit dans les flux créés par les rencontres culturelles, à la recherche d’un nouveau futur pour vivre, et pour le faire bien !
 —–
RJIET (Institut de la terre rouge pour la théorie expérimentale)
RJIET est la plateforme de recherche de la réserve culturelle. Ici, nous rassemblons des penseurs de différentes positions et de différents domaines pour discuter et développer de nouvelles théories. Nous hébergeons également la salle de théorie où nous discutons de textes et essayons d’autres méthodes pour créer des espaces de dialogue. Aussi dans les productions, les chercheurs de RJIET sont actifs avec des connaissances, des questions et des matériaux qui alimentent le processus de production.
 _____ Dans le projet Teatermaskinen, nous rassemblons de jeunes artistes: danseurs, chorégraphes, réalisateurs de différentes parties du monde et travaillons ensemble sur la base de nos propres expériences, mythes, vie. Nous partons du mouvement, du corps, de la pièce et tout a lieu. C’est une enquête construite sur le travail pratique et la compréhension physique. C’est un projet basé sur les perceptions du monde où les modes d’expression autres que la langue écrite constituent la base de la compréhension du monde. Comment un monde comme celui-ci peut-il être représenté ici et maintenant? Le projet est basé sur une série d’ateliers dans la réserve culturelle où nous explorons les relations spatiales entre objets, corps, histoires, mythes, cartes. Ensemble, nous créons un espace pour ce travail et nous accueillons continuellement le public et les chercheurs afin d’approfondir et de renforcer le travail. En cours de route, nous élargissons le groupe de production et invitons les artistes qui, selon nous, peuvent ajouter de nouveaux éléments au processus de travail.

Pendant la saison estivale, nous fusionnons salle et mouvement dans un atelier vivant, basé sur l’installation, qui est en constante évolution.
__

 
The Truth Motherfucker – un projet sur la vérité
Nous avons rencontré des jeunes dans des ateliers partout en Suède depuis plus de 15 ans. Et ce que nous pouvons dire est: les enfants ne vont pas bien. Les blessures auto-infligées, la boulimie, l’anorexie, les troubles de l’alimentation, l’abus de drogues, la criminalité, l’apathie sont autant de symptômes qui ont été révélés lors de ces réunions. Mais quel est le vrai problème?
Que pouvons-nous voir et expérimenter si nous, avec les porteurs de ces expériences, racontons ces histoires de scène? Pouvons-nous voir quelque chose de commun? Pouvons-nous trouver la vérité?