La Transplanisphère

Depuis 2008, La Transplanisphère questionne le lien entre art et politique au travers de projets associant création artistiques et workshops dans le secteur de l’éducation formelle (lycées et universités) et informelle (secteur associatif amateur). Elle a constitué au travers de ces expériences un réseau de partenaires et acquis une expérience certaine.
Dès 2009, elle organise “What Diplomacy for Europe?”, un workshop associant 50 lycéens de 5 pays d’Europe pour une semaine d’ateliers à Nanterre (financé par le Ministère de l’Education Nationale, en partenariat avec le Rectorat de l’Académie de Versailles, la Ville de Nanterre). Puis World Crisis Theatre, version étudiante, avec 25 étudiants européens, soutenu par Jeunesse en Action, avec des actions à Nanterre encore et à Sciences Po Paris. En 2012, la Transplanisphère organise une rencontre de jeunes Allemands, Turcs et Français avec des jeunes Arméniens à Erevan, avec l’aide du PEJA encore et de l’Ofaj. En été 2013, la compagnie assure la direction artistique du projet Sifnos Crisis, une rencontre de 70 jeunes et artistes senior en Grèce, sur l’Ile de Sifnos. 12 jours d’ateliers théâtre et d’échanges de pratiques sur le thème de la Crise (encore avec l’aide de Peja et de la Municipalité de Sifnos).


Parallèlement, la compagnie coordonne un projet Grundvig nommé Pace (Performing Arts for Crisis in Europe) qui associait les structures artistiques d’éducation non formelle de 6 pays Européens (Suède, Allemagne, Italie, Portugal, Irlande et France) pour un cycle de workshops dans chaque pays.
La compagnie est donc très investie dans la rencontre art et politique. Elle questionne la pédagogie et la transmission de cette pratique dans ses projets artistiques directement, au travers de workshops au niveau local et au niveau européen. Elle questionne aussi sa pratique même dans des échanges pédagogiques avec ses partenaires (exemple du projet Pace – Grundtvig).
La compagnie dispose donc de l’expérience sur la thématique, de l’expérience de projet de coopération ambitieux, d’un réseau de partenaires locaux et européens existant motivés et de la légitimité pour en convaincre de nouveaux de les rejoindre.
Polart Circle arrive comme un point d’orgue dans le parcours de la compagnie comme pour certains de ses partenaires. Le projet va permettre de synthétiser, en partenariat avec les co organisateurs et les contributeurs du projet, un parcours de 7 ans consacré à la thématique art et politique. Il va surtout créer le cadre et les vecteurs permettant de diffuser cette expérience grâce à des outils pédagogiques inédits dans ce domaine.

Dans l’équipe de la compagnie, 2 personnes seront plus particulièrement dédiées à Polart Circle.
Bruno Freyssinet, directeur artistique des projets de la Transplanisphère, mène la stratégie de développement de la compagnie depuis 2008 sur la question art et politique. Il a totalement remis en question son approche artistique et pédagogique depuis qu’il a mené son premier projet de coopération européen Rec>ON (2011), et depuis, chaque projet s’élabore dans une perspective européenne et au délà. Dans son travail, il a choisi de laisser la logique du “rayonnement de la culture française” pour privilégier la co construction en coopération dans la perspective de s’approprier le projet européen et d’en faire une réalité pour sa compagnie. Il s’est lui même formé avec Relais Culture Europe au travers de cycles longs
Arthur Navellou a débuté son travail avec la Transplanisphère à l’occasion de son stage de fin d’études théâtrales (Stuff happens, 2009). Depuis, il a été assistant à la mise en scène de Bruno Freyssinet sur les projets Rec>ON et One Land Many Faces, collaborateur artistique, et pédagogue sur les ateliers. Il travaille en compagnonnage avec la compagnie depuis septembre 2014, avec pour objectif notamment de développer Polart Circle.